Ça commence très fort, ici ! Pour l'hébergement, on choisit de se replonger dans les joies du couchsurfing histoire de ne pas payer d'hôtel et de rencontrer un échantillon de populace locale. L'avantage, c'est qu'avec ce système, on a toujours des histoires originales à raconter ! Et ça n'a pas loupé... Notre hôte, Zack a décroché la palme en matière d'original... On prend un taxi pour arriver chez lui. Arrivés à l'adresse indiqué, on se retrouve devant une petite bicoque un poil délabrée... La tête d'Anso commence à se décomposer... mais on frappe quand même... pas de réponse. Manu pousse la porte... Surprise ! La porte moisie donne sur un affreux squat tout sombre. Par terre, un mec dort torse nu sur un vieux matelas défoncé. A ce moment, on se regarde tous les trois : pas de doute, ce n'est pas la bonne adresse, on doit être dans un repère de junkies... on le regarde comme trois neuneus sans savoir quoi faire, le type se réveille alors et se met à parler anglais. Oups, on réalise que c'est bien lui notre couchsurfeur. Il se lève, titube jusqu'à la pièce immonde qui lui sert de cuisine, nous fait comprendre que le matelas où il dormait sera notre lit... A cet instant, on se rend compte que ça ne sera juste pas possible. Mais bon, on ne va pas entamer les hostilités tout de suite, pour le moment, on se contente d'afficher un sourire crispé et d'éviter de frôler les murs, histoire de ne pas choper de saloperies... En échangeant, quelques mots avec lui, on se rend compte que Zack est un mec plutôt sympa, qui vit d'une façon originale. Pas de quoi en faire un drame, mais pas question non plus de risquer de se choper, encore une fois, des puces ou autres saletés. Après avoir élaboré un stratagème pour lui dire sans le vexer, qu'on ne restera pas chez lui, on file dans le centre pour se trouver un petit hôtel moins pittoresque mais plus « safe » ! Enfin, c'est ce qu'on croyait ! Dès la première nuit, on trouve des punaises de lit dans nos draps... le fléau continue ! Une bonne occasion de réclamer une nuit gratuite.

 

Mais Córdoba n'est pas seulement la ville qui abrite des drôles de mecs et des parasites en tout genre, c'est aussi la deuxième plus grande ville d'Argentine après Buenos Aires et surtout, c'est là qu'a grandi le Che ! Plus, précisément, à une demi-heure de Córdoba, à Alta Garcia. La maison dans laquelle il a grandi a été transformée en un petit musée en son honneur. Notre génération a été bercée par la légende du Che, pas question de passer à côté. La « casa del Che » retrace son parcours de son enfance à sa mort, en passant par ses glorieux faits d'armes durant la révolution cubaine. Intéressant, mais l'intérêt principal est surtout celui d'exposer des objets originaux qui ont marqué la vie du Che, comme la « Poderosa », la moto avec laquelle il a parcouru l'Amérique du Sud. Puis respirer l'air qu'a respiré le Che, 70 ans avant nous, ça rappelle les vigoureuses années lycée/fac, les manifs étudiantes et tout le toutim. Finalement, pas grand chose à voir avec une Révolution violente... mais le Che est une icône ! Et ce n'est pas demain la veille qu'on le remplacera par Arlette Laguiller ou même Besancenot. Avouez qu'ils sont légèrement moins glamours !

 DSC04189

IMG_3441

 

Après notre journée Che, on s'offre une journée balade et musées. On n'a pas été très musée durant notre voyage, mais Córdoba offre des choix plutôt sympas puis nous arrivons juste pour la nuit des musées. Un concept intéressant qui donne un accès gratuit à tous les musées de la ville après 18h. C'est un peu honteux à dire mais, l'autre avantage des musées c'est qu'ils sont climatisés ! Contrairement aux rues muy caliente de la ville !

DSC04239

 

DSC04255

IMG_3482


IMG_3484

Enfin, à 23h30, on prend un bus de nuit pour Tucumán où nous louerons une voiture pour nous offrir un road trip à la Thelma, Louise et Michael Knight (le héros de K2000) à travers la mythique route 40 ! On espère une fin moins dramatique que T&L mais aussi rock'n'roll que M.K. !